Poupées Bella : histoire d’un savoir-faire français

Poupées Bella

Non, la France n’est pas seulement la spécialiste de la gastronomie, c’est aussi un pays qui a marqué l’histoire du jouet. Jouetopia.fr revient sur l’histoire des poupées Bella, un savoir-faire français qu’il serait bien dommage d’oublier.

🇫🇷 Les poupées Bella, un jouet français

Première poupée Bella
L’une des premières poupées Bella en carton trempé et moulé (moule Bonhomie)

Ceux qui ont moins de 40 ans aujourd’hui (en 2019) n’ont probablement pas connu les poupées Bella, Cathie ou même Tressy. Et pourtant, à la fin des années 70, ces poupées de qualité – fabriquées à Perpignan – représentaient 52% des ventes en France. L’histoire des poupées Bella, c’est à la fois une Success Story à la française, et une tragédie car vous l’aurez deviné, la marque n’existe plus. 😞

Pour comprendre pourquoi, il faut faire un bond dans le passé, à la fin de la seconde guerre mondiale, en 1946. A Perpignan, un couple catalan, Lucie et Salvi Pi, fonde la société Bella. Il faut dire que chez les Pi, la fabrication de poupées, c’est de famille car Bella est en fait l’héritage des poupées Capi, une entreprise créée par Joseph, le père de Salvi. La petite fabrique de poupées de Lucie et Salvi Pi est modeste et ne compte que 10 salariés à ses débuts. Elle sera située dans un petit hangar à côté de la villa de Lucie.

Le nom « Bella » n’est pas choisi au hasard, il signifie « Belle » mais rappelle surtout leurs origines catalanes. C’est un nom de marque idéal car facile à retenir, simple à prononcer et compris dans la plupart des langues. Bref, une petite marque de jouet français promise à un grand avenir. 😊

Logo poupées Bella
Evolution du logo des poupées Bella

Si Madame prend en charge la création des tenues des poupées Bella, Salvi s’occupe quant-à lui de la sculpture des modèles en carton trempé. En effet, la poupée Bella est conçue comme une véritable oeuvre d’art et les Pi mettent un point d’honneur à ce que chaque poupée de la marque Bella soit absolument parfaite. A la fin de l’année 1946, l’entreprise a déjà produit 300 poupées Bella et ne compte pas s’arrêter là. La société grandit et compta 60 salariés à la fin des années 40.

🚀 La Success Story des poupées Bella

Dès le début des années 50, la société Bella commence à se faire connaitre, d’abord dans toute la France puis à l’international. En 1951, le succès grandissant, Salvi Pi inaugure l’usine « Poupées Bella » de 1 000 m2 à Perpignan. Le bâtiment grandît progressivement et fini par occuper 40 000 m2 en 1978. La société Bella donnera un emploi à un millier de personnes jusqu’en 1981, qui produiront jusqu’à 10 000 poupées par jour, 40% d’entre-elles étant destinées à l’étranger. 250 couturières travailleront à domicile, c’est le début du télétravail en France. 😎

Usine des poupées Bella
Dans les années 70, l’usine Bella à Perpignan, dans le sud de la France.

D’année en année, l’entreprise Bella se montre très innovante et cumule les brevets pour protéger ses inventions. La société Bella fabriqua différents modèles de poupées et créa des milliers de tenues pour les habiller. Lucie Pi et son équipe n’hésitaient pas à se rendre à des défilés de haute couture pour s’inspirer de la mode de l’époque. 👗 Les tenues des poupées Bella étaient si appréciées que la société les vendait également dans des coffrets séparés. 😊

😎 L’innovation grandissante autour des poupées

La fabrication des poupées Bella
La dernière étape de production : habiller les poupées.

Le couple fondateur des poupées Bella abandonna rapidement le carton au profit du rhodoïd puis le plastique (polychlorure de vinyle) pour fabriquer le corps et les têtes de ses poupées. L’entreprise innova surtout sur la manière d’ajouter des cheveux. En effet, ils étaient autrefois simplement collés, Bella fût le premier fabricant de poupées à implanter les cheveux. Une technique révolutionnaire qui est toujours utilisée de nos jours. 😏

Avant les années 60, la société Bella a déjà fait une poupée qui marche, qui parle et qui bouge ! La toute première était déjà une poupée dormeuse (ses yeux se ferment quand on l’allonge) ! En 1965, Bella inventa le bébé mouilleur (vous savez, celui qui boit son biberon et fait pipi ensuite ☺️). Elle créa aussi Rémy, le poupon qui rit quand on le jette en l’air et pleure si on le laisse tomber par terre 😇. Les créateurs des poupées Bella ne cessèrent d’innover, ils finiront par créer Suzie, la poupée marcheuse électrique. Toutes ces innovations feront de Bella le leader européen de la poupée. 😎

Tressy, la poupée mannequin

Extrait du catalogue Bella 1966
Une page du catalogue Bella qui présentait les poupées Tressy en 1966.

Si les années 50 et 60 ont été les plus belles pour l’entreprise Bella, les années 70 s’annonçaient plus sombres car Mattel arrivait avec sa poupée Barbie, un concurrent de plus pour Bella qui luttait déjà avec Famosa, un fabricant espagnol. Pour contrer l’avancée des Barbie, Bella créa sa propre poupée mannequin en 1966, Tressy. Elle a une particularité originale : ses cheveux poussent ! Mais pas seulement, on peut aussi la maquiller ! L’idée fait succès, la poupée Tressy sera l’un des plus gros succès de l’entreprise Bella. Soucieux de ne pas laisser Barbie prendre le dessus, la société mobilisa les stars pour faire connaitre leurs poupées, telle que Delphine Desyeux, Dalida, et plus étonnant encore, le chanteur Pierre Perret. 😮

Microbe, la miniature

Poupées Bella Microbe
Les jolies petites poupées Microbe de Bella. Il y en avait pour tous les goûts, des noires, des rousses, des blondes et des milliers de tenues.

En 1967, Bella sortit une poupée miniature de 16 cm qui devait son nom à sa petite taille. Elle fût produite jusqu’en 1981 et a été créée pour séduire un public aux revenus plus modestes. Il faut dire que les poupées Bella étaient réputées pour être assez chères et la concurrence tirait les prix vers le bas. Alors inventer une petite poupée était une solution efficace pour faire moins cher tout en préservant la qualité exceptionnelle des poupées Bella. 😇

Cathie, la grande soeur

Poupées Cathie de Bella
Les poupées Cathie, une grande poupée mannequin qui avait beaucoup de succès.

Cathie est une grande poupée mannequin, elle mesure environ 45 cm et elle est toujours très belle et très bien habillée. Elle fût créée à l’approche de 1967 et connu plusieurs versions et plusieurs innovations. La Cathie-Tresses de 1969 a une mèche de cheveux qui lui permet d’avoir des cheveux courts ou longs à volonté. Elle a aussi des jambes pliantes grâce à des fils de fer. Cette technique est d’ailleurs toujours utilisée sur les poupées mannequin. Cathie a tellement eu de succès que Bella en fera une tête à coiffer en 1980. La dernière version des poupées Cathie changea de nom et s’appela Nathie en 1982.

L’usine ne fabriqua pas seulement des poupées Bella, Cathie, Tressy ou Microbe, la liste des poupées est en fait très longue et la grande majorité d’entre elles fût baptisée d’un joli nom. 😊

Poupées Bella : Papouf et Suzie
Un bébé qui fait vraiment pipi, une poupée qui marche… Bella innovait sans cesse.

Malgré la concurrence de plus en plus rude, la société Bella s’imposa et continua d’innover dans la fabrication de poupées. Elle inventa le poupon à corps mou (Papouf), et ira jusqu’à créer un baigneur sexué. Du début à la fin, la société aura exploré toutes les possibilités, et essayé de séduire les petites filles du monde entier avec des poupées de tous styles, et à la peau noire aussi. Les poupées Bella portent bien leur nom, elles sont belles, et nul n’aurait pensé à cette époque que cette histoire prendrait fin un jour. 😕

😟 La faillite des poupées Bella

En 1969, les fondateurs de la S.A Bella décident de prendre leur retraite et vendent leur entreprise à une société allemande, la Bolhen Wasag Industrie (Schildkröt). Ce sera le début de la fin, les Pi ont fait une grave erreur. Ils ont vendu leur « bébé » à des actionnaires. Ces derniers, plus intéressés par l’argent que par le bonheur que pouvait susciter les poupées Bella aux petites filles, imposeront plus de rentabilité et changeront les modes de fabrication.

Couverture du catalogue Bella de 1984
La couverture du dernier catalogue (1984) illustre un adieu. Bella n’en sortira pas d’autres.

En 1972, Jean Sala rencontre les dirigeants allemands qui songent fortement à une probable fermeture. Il parvient à les convaincre de continuer l’aventure, et devient le directeur de l’entreprise Bella. Grâce à lui, Bella gagne quelques belles années et poursuit son oeuvre. En 1978, l’entreprise eut la possibilité de réduire ses coûts de moitié en délocalisant une partie de la production en Tunisie. Cela aurait entraîné le licenciement de 250 personnes, alors Bella n’en a rien fait. 😊

Mais à Noël 1980, les salariés font grève. Ils ne pouvaient pas choisir pire moment pour faire leurs revendications. Les 200 000 poupées commandées pour les fêtes de fin d’année ne seront jamais livrées, et ce manque à gagner sera fatal à la société. En Décembre 1981, alors que les salariés font une nouvelle grève, le directeur français de l’entreprise Bella, Jean Sala, dépose le bilan, à contre coeur. 😞

En Juin 1982, le fabricant de jouets français, Berchet, reprit la société Bella. Une bonne nouvelle sur le papier mais ce repreneur ne garda que 330 salariés, soit moins d’un tiers des effectifs. Les couturières travaillant à domicile ne furent pas gardées, la production des poupées Bella fût divisée par deux. L’entreprise aurait pu remonter la pente, elle avait survécu à la concurrence asiatique, et au choc pétrolier de 1973. « Même au plus fort de la crise sociale, les carnets de commande étaient pleins » dira son directeur, mais Berchet ne trouve pas la société assez rentable et décide de la fermer définitivement en 1984. La prestigieuse fabrique de poupées, fleuron de l’industrie perpignanaise, ne produisit plus aucune poupée française et laissa tristement la place à sa concurrente, Barbie. 😒

✨ Le souvenir éternel des poupées Bella

Les années passent et pourtant, nombreux sont celles et ceux qui n’ont rien oublié des poupées Bella. Son directeur, Jean Sala, a même inauguré un musée Bella à Perpignan en 1993, pour s’assurer que l’histoire de ce savoir-faire français ne tombe jamais dans l’oubli. Le musée Bella fut déplacé en 2008 (toujours à Perpignan), on le visite gratuitement en prenant rendez-vous. 😉

Jean Sala au Musée Bella
Jean Sala a maintenu le souvenir grâce au Musée Bella à Perpignan. Il est décédé en 2015, le musée Bella ouvre toujours ses portes aux visiteurs.
Timbre Poupées Bella (La Poste)
Le timbre La Poste des poupées Bella présentait la belle Cathie.

En 2009, La Poste a fait paraître la belle Cathie dans une série de timbres « Les poupées de Collection ». Puis, en 2010, un documentaire a été diffusé à Saint-Cyprien : « Les poupées Bella, le rêve brisé ». Enfin, en 2019, une journaliste, Hélène Legrais s’inspira de cette histoire pour écrire son roman : « Le Bal des Poupées ». Le temps passe, mais il y a toujours quelqu’un pour cultiver le souvenir de Bella. 🙂

De nos jours, les quelques poupées Bella restantes, que l’on trouve parfois sur Internet ou dans les vides-greniers, ne sont que les vestiges d’une entreprise autrefois fleurissante. Chacune d’entre elles témoigne de la grandeur d’une société et du talent de ses créateurs, et chaque poupée Bella continue de fasciner des passionnés dans le monde entier. 😇

Articles associés

4 réactions à “Poupées Bella : histoire d’un savoir-faire français

Laisser un commentaire

  1. AvatarSchamm

    Bonjour, par hasard je tombe sur votre site,et j’en suis émerveillé. Tout d’abord parce que c’est la poupée de mon enfance,
    Nous étions 12 frères et soeurs et je n’ai jamais manqué de poupées ainsi que mes soeurs toujours bella avec ue broche sur le vêtement !j’aimerai visiter votre musée . Jy songe ! J’ai retrouvé ma poupée mannequin marilyn j’aimerai savoir son histoire ,comment trouver les images du trousseau. Quelle taille pour les poupées mannequin. Souvent je vois taille 50. 55 …C’était bien l’époque bella.
    Merci de cette belle histoire
    Cordialement lawrence

    1. Merci de votre témoignage, c’est vrai, l’aventure Bella est une belle histoire, dommage qu’elle ne finisse pas par le happy end que j’aurais préféré relater.

  2. AvatarAvrilleux

    Bonjour,

    Une dame a qui j’ai rendu service m’a donné une poupée Bella. J’aimerai si cela est possible connaitre son année de fabrication et si elle a un nom. C’est une poupée assez grande, qui devait peut-être parler ou marcher. Il y avait des piles et des disques. J’ai essayé de contacter le site Bella, je n’ai pas eu de réponse. En vous remerciant. Cordialement. Nathalie

    1. A vous lire, je pense que c’est une poupée Cathy si c’est bien une poupée de la marque Bella. Mais difficile de vous aider sans la voir. Il y a des forums de passionnés de poupées sur Internet, inscrivez-vous sur l’un d’eux, présentez-vous et demandez à la communauté si quelqu’un peut vous aider à l’identifier. Ceci dit, ils ne pourront rien faire sans photos donc pensez à en publier sur les forums.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livraison rapide !
Sous 48h en colis suivi
(délai vers La France)

Paiement 100% sécurisé

Garantie incluse
6 mois à 2 ans
(selon l'état)

Satisfait(e) ou Remboursé(e)
pendant 14 jours
(sous conditions de retours)